Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En terres inconnues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: En terres inconnues   Mar 9 Mai 2017 - 16:18


Wa'ai avait eu une vision. Une vision floue d'une tribu recluse au plus profond d'une jungle dense, humide, chaleureuse... mais aussi redoutable. Toujours ces visions étaient difficiles à interpréter, elles ne contenaient que de brèves images colorées et des sensations fugaces, tantôt de danger, tantôt de détresse ou prescience de grands évènements à venir.
Toujours ces visions étaient suivies du désir impérieux de suivre le chemin qu'elles indiquaient, comme si la volonté du loa qui les engendrait s'imprégnait dans son âme.

De tout Azeroth, il n'y avait qu'une seule jungle qui puisse correspondre à celle de sa songerie. Strangleronce, la terre ancestrale des trolls des jungles. Une région au passé lourd, dont les vignes rampantes et les fougères envahissantes s'étaient abreuvées plus d'une fois des nombreux bains de sang locaux, constituant autant de victoires, défaites, sacrifices et tromperies pour le peuple troll.

Pour Wa'ai il s'agissait surtout d'un lieu recelant potentiellement encore d'innombrables secrets d'antan cachés depuis des millénaires au cœur des plus inextricables tombeaux ou temples de son peuple. Et tout ceci était à la merci des "aventuriers" pilleurs, gobelins saccageurs et autres "archéologues" de toutes races. Nul doute que si une tribu des jungles avait survécu au dieu sanglant, aux guerres fratricides et aux incursions des étrangers, il fallait aider à sauvegarder son héritage pour éviter qu'il ne tombe dans l'oubli comme celui de tant d'autres clans.
Et qui sait si parmi les vieilles légendes et mythes de cette tribu ne se trouvait pas un fragment d'information concernant le dieu oublié ?

En tant qu'étrangère, restait à parvenir jusqu'à la tribu sans se faire immédiatement abattre à vue en arrivant au village.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.wowjdr.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: En terres inconnues   Mar 9 Mai 2017 - 17:29


Quatre jours après l'arrivée à Jakta'alor, village roncerouge.

Wa'ai observait les activités quotidiennes de la tribu, en demeurant la majorité du temps à l'écart, cachée derrière son masque impassible. Il s'agissait en effet d'une tribu des jungles, et leur réputation n'était pas volée ! C'était peu de dire que ces trolls avaient le sang chaud. En quelques jours - et nuits - Wa'ai avait assisté à leur assaut sur un avant-poste de la Horde situé à une heure de marche du village (et la vieille trollesse sentait que cela ne resterait guère longtemps impuni et qu'il ne faisait pas bon s'attarder à Jakta'alor), à des empoignades musclées au sein de la tribu, à la crémation d'un traître, et enfin à la mise à mort assassine du chef de tribu, Mena'jin, qu'elle découvrit pour la première fois de visu lors d'une assemblée qui se solda par une pluie de javelots hache-massacre, clouant le mastodonte sur place tandis qu'un nouveau chef et sa femelle prenaient sa place.

La brave prophétesse était ainsi immergée au cœur de la vie des Roncerouges... nouvellement donc fusionnés aux reliquats de la tribu Hache-massacre sous le commandement de Zaka'jin. Entre dissensions internes, ombres et mauvais mojos rodant alentour, et ces nouveaux chefs à la légitimité douteuse, l'avenir de cette tribu semblait incertain. Tout du moins Wa'ai parvint-elle à plaider sa cause et faire tolérer sa présence dans le village avec l'accord du chef et sa compagne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.wowjdr.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: En terres inconnues   Dim 14 Mai 2017 - 14:19



Voilà plus d'une semaine que la Grande Prêtresse vit parmi les Roncerouges et la situation semble toujours aussi instable. L'ombre d'un loa oublié et retors connu sous le nom de Fènwa hante les alentours du village. Les tensions entre membres de la tribu sont toujours omniprésentes. Et Wa'ai n'apprend finalement pas grand chose des coutumes roncerouges, si ce n'est que comme tous les trolls, ils aiment la danse et le sang.

Hier soir pourtant, un soudain regain d'espoir naquit en apprenant qu'une cérémonie en l'honneur d'un des loas de la tribu allait avoir lieu. Alors que le soleil déclinait, les tambours retentirent dans tout le village, appelant au rassemblement et à la vénération de Sseti, le loa serpent roncerouge, tandis que la pluie diluvienne cessait. Un bon augure et un signe d'e satisfaction de la part de ce loa. Wa'ai allait enfin découvrir une des traditions de cette tribu et peut-être entendre les mythes fondateurs des trolls des jungles, transmis par des chants ou des homélies menés par des féticheurs ou prêtres roncerouges.

Ainsi, la vieille trollesse suivit le mouvement général qui partit du centre du village pour rejoindre la proximité du temple de Jakta'alor où une petite arène sommaire avait été installée. Cette première soirée de festivité était présidée par le nouveau chef, Zaka'jin, mais bien qu'il prétendit parlé en son nom et celui de Wakanda, Wa'ai ne put s'empêcher de remarquer l'absence de la guerrière et cheftaine, et se demanda pourquoi elle manquait à l'appel pour un évènement aussi important, qui peut-être vexerait le loa.

Des prisonniers capturés lors du raid contre l'avant-poste de la Horde proche du village furent alignés dans l'arène. Mais nul troll ne se présenta pour les rejoindre et les défier dans des combats sanglants. Les prisonniers furent contraints par quelques puissants hallucinogènes à s'entre-combattre férocement devant un public troll se goinfrant et balançant des crachats ou des pierres. Lorsqu'un féticheur de la tribu annonça que cela lui rappelait de bons souvenirs de l'arène gurubashi, Wa'ai demanda s'il était de coutume que l'arène gurubashi n'accueille que des combattants non-trolls, comme c'était le cas ici. Le féticheur répondit avec un signe de dénégation " non l'arène elle était réservée qu'aux trolls ".

Lorsqu'elle affirma que les loas seraient plus jouasses de voir des trolls s'affronter en leur honneur avec toute la sauvagerie inhérente à leur race, face à ses prisonniers ou à des bêtes sacrificielles, plutôt que de voir des prisonniers non-trolls s'entre-déchirer, le Zaka'jin répondit que ce serait le lendemain, pour la suite des festivités, que l'arène accueillerait les champions de la tribu face aux prisonniers vainqueurs et survivants de ce soir.

- Et pourquoi qu'les champions ils y vont pas maint'nant ?
- Ce serait moins amusant.
-  Z'attendez qu'les pas-trolls ils soient affaiblis ent' eux ?

Zakajïn rit mais la prêtresse continua :

-  Les loas ils vont penser qu'z'avez la crève-peur.
- L'étrangère, elle ose parler au nom de nos Loas...?
- Au moins d'un.
- Lequel ?
- Le makoa loa.
- Il est pas dans notre panthéon, lui. Ce soir, c'est pour Sséti. Sséti, il n'est pas un Loa qui cherche à voir des combats loyaux. Il est rusé, il aime la fourberie et la cruauté. Il nous enseigne à user de nos connaissances, pas de nos muscles.
- J'comprends, j'comprends. J'respecte les coutumes, tant qu'ça vous convient comme ça s'passe et qu'vos loas ils sont satisfaits d'ça. Faut pas prend' les interrogations d'la vieille Wa'ai comme une injure, j'me curiose de vos façons d'faire pour mieux comprend'.

La prêtresse se contenta d'acquiescer, impassible derrière son masque.

Le lendemain, alors que le village préparait la suite des festivités, Wa'ai demanda à un villageois de lui parler de Sseti. Bien qu'un peu récalcitrant, elle obtint quand même quelques bribes de descriptions suivantes : Sseti est l’Infatigable, et le Gardien de la Connaissance, loa des épreuves il surveille les rites de passage et apprécie les trolls qui, comme lui, affrontent et surmontent de redoutables dangers et qui transmettent les traditions.

Perplexe, Wa'ai ne vit là-dedans aucune allusion à la supercherie ou la ruse, et se demanda si le Zaka'jin lui avait inventé cette histoire de combat déloyal volontairement ou s'il ignorait les rites roncerouges et qu'il avait alors confondu Sseti avec Hethiss le loa serpent gurubashi, qui était lui associé à la ruse. Après tout, il était originellement de la tribu hache-massacre et ne connaissait peut-être pas les usages et mythes de sa nouvelle tribu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.wowjdr.com
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Retrouvailles   Mar 16 Mai 2017 - 12:05

Accoudé sur la rambarde du zeppelin, le troll regarde la forêt point à l'horizon. Protégé des éclats du soleil par son masque tribal il peut admirer la vision de cette jungle luxuriante qui s’étale et grandit devant lui. La vision de la jungle, SA jungle, lui procure toujours le même plaisir et bien qu'il ne puisse retourner à Zul'Gurub pour le moment, il n'en reste pas moins qu'il a la sensation de revenir chez lui.

Un sourire s'étire derrière son masque, retrouver la prêtresse Wa'ai là-dedans va sûrement prendre un peu de temps, mais il n'y a pas des milliers d'emplacement où une tribu a pu s'installer, entre les ruines, les positions près des rivières ou plus simplement prendre la place d'une autre tribu. Avec de la chance les orcs du camp Grom'gol pourront le renseigner sur cette tribu appelée Roncerouge.

Camp Grom'gol, Strangleronce

A son arrivée, Salajin retrouva Jilanthy, tous deux se mirent en route dans la jungle. Les quelques indications obtenues confirmèrent les doutes, cette nouvelle nouvelle tribu restait pour le moment bien cachée et ses récentes exactions montraient qu'elle n'appréciait que peu la Horde. Ne bénéficiant pas comme Wa'ai de la vision et les indications des loas, ils plongèrent dans la jungle à la recherche des Roncerouges.

Leur périple les amena sur un grand village troll fortifié présentant tous les signes d'un abandon depuis plusieurs temps déjà. L'enceinte extérieure vide de garde, de la mousse et lierres envahissant par endroit. Jilanthy confirma très rapidement l'état de délabrement, ajoutant même la présence d'une odeur rance, cadavérique flottant sur le village. Méfiants, ils pénétrèrent malgré tout dans la cité, afin de s'assurer que la prêtresse ne soit pas passer dans le coin, fait qui semblait de plus en plus improbable aux yeux du troll.

Vide, abandonné…

Ils n'y trouvèrent que quelques cadavres et une panthère affamée occupée près d'un des cadavres. Lorsque le cri d'effroi retenti dans le silence du village mort, les deux trolls partirent d'un même mouvement dans la direction de celui-ci. Tombant nez à nez sur une trollesse inconnue au prise avec … un troll à moitié décomposé et émacié !
Les deux lames de Sala' découpèrent le troll pas-mort s'aggripant à l'inconnue avant qu'il ne puisse réellement la blesser.

Sous le conseil et l'impulsion de Sala'jin, tous trois quittèrent rapidement le coin afin de pouvoir déjà mettre de la distance entre eux et ces morts pas-tout-à-fait-morts, sûrement des reliquats des expériences de Zanzil.

La trollesse se présenta sous le nom d'Azsaji, anciennement esclave du Cartel Gobelin du coin visiblement depuis longtemps. Sur ses gardes et méfiante, la peur et la colère finirent par parler pour elle, accusant Sala'jin de vouloir profiter d'elle au moment ou celui-ci proposa de l'aider à retirer son collier de fer. Seul le nom de Wa'ai éveilla en elle une curiosité plus forte que sa peur et elle finit par suivre (avec beaucoup de méfiance et sans autre choix réel) Sala'jin et Jilanthy dans la jungle.


Dernière édition par Salajin le Ven 19 Mai 2017 - 11:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azsaji

avatar

Rôle : Disciple de Celle-qui-voit

MessageSujet: Re: En terres inconnues   Jeu 18 Mai 2017 - 15:58

Aux premières lueurs de cette nouvelle journée dans l'impitoyable jungle de Strangleronce, Azsaji, la jeune trollesse des héritiers du makoa loa s'était réveillée de l'inconscience de la nuit, couchée sur la moiteur des peaux et entourée de la présence des siens. Pour qui daignera prêter attention sur l'insignifiante sauvageonne, il est apparent désormais que son esprit eut été reposé par la nuit dernière ; l'accueil qui lui fût réservé à elle et ses compagnons de route dans la tribu Roncerouge contribuant à cela, et les retrouvailles avec la Grande prêtresse Wa'ai ne faisant qu’accroître ce sentiment de repos, augure d'une aube nouvelle pour celle qu'on désignait il y a peu encore comme étant la sauvageonne du maître « Garwaxi », riche marchand goblin dont on narrait dernièrement dans quelque baie goblinne de la Vallée le mystérieux meurtre.

Enclin au repos et à une baisse mesurée de sa garde, l'esprit de la Jeune n'en demeure pas moins à l'affût, et pour les curieux du village qui souhaiteraient l'approcher, elle leur intimera de garder distance par son seul regard aux iris violacés.

Les heures s'écoulèrent, et on l'aurait aperçue quittant l'abri du village pour se diriger vers un chemin dérobé qui passait à l'ombre des grands arbres au sud, observatrice des alentours, les trois doigts d'une main tenant fermement son collier en fer...

C'est bien plus tard qu'on l'aura vue revenir, l'entrave de son ancien maître n'étant plus qu'un lointain souvenir ; il en reste cependant une légère plaie qui lui cercle le cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Re: En terres inconnues   Ven 19 Mai 2017 - 11:17

Revenu dans sa jungle natale, il ne peut qu'apprécier l'environnement dans lequel il est, le village est perdu au milieu de Strangleronce et bien qu'il soit très loin d'égaler les grandes villes trolles de l'empire, il y retrouve néanmoins quelque chose de familier. De plus il a pu retrouver la prêtresse Wa'ai entière, et même une autre trollesse de la tribu de celle-ci durant son périple dans la jungle. Il aura d'ailleurs été souvent aperçu non loin d'elle a échanger sur divers sujets. De même il n'aura pu qu'approuver de voir revenir Az' sans son horrible collier de fer.

Curieux sur cette nouvelle tribu, il aura un peu discuté avec les guerriers présents à propos de la chasse dans la jungle ou des prédateurs présents, bien que toujours un peu méfiant vis-à-vis de leur soif de sang qui semble se décupler dès que les sujets de la Horde, l'Alliance ou d'autres tribus trolles est abordé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: En terres inconnues   Sam 20 Mai 2017 - 17:17

Wa'ai n'avait pas pu dormir sereinement cette nuit-là. Les évènements ayant suivi la victoire définitive sur le mauvais esprit Fènwa rodant autour du village roncerouge soulevaient trop d’inquiétudes pour la vieille trollesse, même si un compromis avait pu être trouvé.

La prêtresse n'en tenait néanmoins pas rigueur à la jeune Azsaji. Après tout Azsaji venait à peine de retrouver la liberté et elle n'était pas accoutumée à la réalité du monde. Elle rappelait à Wa'ai tout ce qu'elle-même avait vécu et ressenti après la perte de leur tribu, quand elle avait découvert ce qu'était devenue le reste de la race trolle durant les derniers millénaire, pendant que les Ombres-vives avaient vécu en autarcie sur leur île.

La surprise, l'incompréhension, la déception, l’apitoiement, le désespoir.

Les pertes endurées par leurs cousins ne se comptaient par seulement en nombre de morts, mais aussi en destruction de fragments, voire de pans entiers de leur culture, de mythes fondateurs et traditions disparus en même temps que les tribus qui les transmettaient jadis. Et aucune tribu n'avait préservé le souvenir du Créateur, aucune ne se souvenait comment les trolls avaient pour la première fois foulés Azeroth, à l'aube des premiers jours où les loas marchaient à leurs côtés.

Pour Wa'ai ce retour à la réalité du monde s'était fait en douceur, car les Sombrelances qui l'avaient recueilli étaient l'une des tribus les moins xénophobes et sans doute la plus tolérante et conciliante (raison pour laquelle ils avaient renié une grande partie des coutumes et de la fierté de leur peuple afin de s'intégrer à la Horde). Mais Azsaji avait pour premier contact la tribu roncerouge. Une tribu des jungles, très sanguinaire, très xénophobe et actuellement très perturbée avec les mises à mort successives de deux chefs (Mena'jin et Wakanda), la disparition du guide spirituel Kalkuru, la prise du pouvoir par un étranger d'une autre tribu, et la Horde qui cherchait à venger le massacre de son avant-poste en se rapprochant du village. La situation était loin d'être facile.

Le moindre geste ou la moindre parole douteuse pouvait facilement conduire à la mort. Et c'est ce qui avait failli arriver. Quand Wa'ai avait expliqué à une trollesse roncerouge la raison de sa présence, sa quête de la savance ancienne du peuple troll, la trollesse avait trouvé cela stupide et Azsaji, surprise par un tel comportement envers la Grande Prêtresse, avait jugé cette roncerouge sauvage et ignare. Mais la roncerouge avait entendu et après le rituel de bannissement de Fènwa elle était allée trouver les siens pour avoir sa revanche en affirmant que les étrangers les méprisaient et voulaient leur destruction.

Il avait fallu toute la diplomatie de Wa'ai, soutenue par le makoa loa, pour apaiser le chef et les deux féticheurs demandant leur mise à mort immédiate sous forme de brochettes. Si elles avaient échappé de justesse à l'empalement, pour laver l'injure, Azsaji avait néanmoins dû se faire couper les deux pouces face aux Roncerouges, par une Wa'ai promettant que son mauvais comportement ne se reproduirait pas.

Comme si cela ne suffisait pas, des éclaireurs de la tribu étaient ensuite venus interrompre la fin de la punition pour avertir Zaka'jin que la Horde progressait dans la jungle et serait sur eux dans un jour. Le temps du départ était venu et les Roncerouges mirent tout en place pour achever les derniers préparatifs et pirogues. Zaka'jin avoua à Wa'ai que le temps avait manqué et qu'il n'y aurait pas assez de pirogues pour tout le monde. Une partie de la tribu devait rester en arrière et retarderait les troupes de la Horde. Le chasseur des ombres était aux yeux de la vieille trollesse le plus cultivé et intéressant des trolls présents, car il avait accepté de partager des légendes anciennes avec eux, là où les deux féticheurs qui l'accompagnaient ne savaient visiblement qu'appeler le sacrifice et le sang. Peut-être ce respect était-il mutuel puisque le chef roncerouge proposa à Wa'ai de faire le voyage du lendemain avec eux en lui offrant une place dans les pirogues, à la découverte de terres promises.

~~~~~

Wa'ai baissa les yeux sur Azsaji dont les traits du visage étaient toujours quelque peu crispés. Les pouces de la trollesse étaient déjà revenus, avec l'aide du souffle divin du makoa loa. Les légendes disaient qu'à l'aube des temps, les premiers trolls s'étaient vus offrir par leur Créateur une capacité de guérison fabuleuse, bien plus rapide et efficace que ce dont ils disposaient aujourd'hui. Peut-être parce que ses enfants l'avaient ignoré pendant des millénaires cette bénédiction s'était-elle estompée ? Mais Wa'ai et les Ombres-vives avaient continué fidèlement à l'honorer chaque jour et ses prêtres et prêtresses se voyaient conférer une plus grande partie de son pouvoir supérieur. C'est ce que Wa'ai avait fait pour Azsaji. La jeune ombres-vives aurait grand besoin de sa capacité de préhension dans les jours à venir, que ce soit pour attraper des choses, agripper à d'autres ou ramer. La régénération n'était pas douce, mais le résultat était là.

Le choix de partir ou s'enfuir était néanmoins difficile. Wa'ai détenait le savoir millénaire des Ombres-vives, si elle mourrait demain, cet héritage s'évanouirait dans les méandres de l'oubli définitif sans qu'elle ait pu le transmettre à des trolls dignes de confiance. Avec la tribu roncerouge plus nerveuse que jamais, le risque était grand de mourir en les accompagnant à la moindre allusion mal interprétée. De plus les Roncerouges prenaient la mer pour trouver une île, ce qui signifiait que tout retour en arrière une fois sur place serait compliqué. D'un autre côté, la tribu n'avait pas révélé tous ces mythes et traditions et leur "terre promise" recelait peut-être des informations enfouies et préservés des ravages du temps à propos des premiers trolls et du loa oublié...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.wowjdr.com
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Re: En terres inconnues   Mar 23 Mai 2017 - 12:29

La prêtresse se retourna une dernière fois vers les huttes, tandis que le petit groupe s'engouffrait dans la lisière de la jungle entourant le village roncerouge. Ce n'était pas de l'hésitation - sa décision était prise, inaltérable - mais de la crainte qu'ils ne soient vus en train de déguerpir. Personne alentour, les Roncerouges s'étaient réunis sur les rivages non loin du village. Les féticheurs avaient piégé tout le village à l'attention du contingent armé qui les recherchait. Plus personne ne devait y pénétrer, sous peine de les déclencher.

La proposition de Zaka'jin de partir avec eux sur les pirogues, Wa'ai ne pouvait l'accepter. Elle ne pouvait pas se convaincre d'accompagner une tribu aussi dangereuse et agitée, bien qu'elle aurait désiré continuer à apprendre leurs légendes et traditions et mieux connaître certains d'entre eux.

Les plus sages, songea-t-elle.

Malheureusement la situation actuelle de la tribu ne laissait pas place à ses espérances. Les risques étaient trop grands. Sala, Jil, Az et Wa'ai avaient discuté un moment, à l'écart, sur le meilleur choix à faire alors que l'échéance approchait et que la tribu se préparait au départ. Et même si certains arguments penchaient en faveur de poursuivre le chemin avec les Roncerouges, beaucoup trop d'autres contrebalançaient cela. Ils se mirent d'accord pour s'esquiver et laisser cette tribu accomplir son propre destin.

Wa'ai était convaincue que c'était la meilleure décision. Les Roncerouges prenaient la mer, et s'ils parvenaient jusqu'à leur "terre promise" - ce qui n'était déjà pas certain étant donné que les pirogues ne supporteraient peut-être pas la houle d'une vraie pleine mer par rapport aux fleuves et lagons de Strangleronce -, ils seraient coupés de tout. Avec peu de moyens pour retourner sur le continent sains et saufs. Partir avec eux, vers l'inconnu, c'était prendre le risque de périr sous les flots, ou de se retrouver coincés avec eux pour une durée indéterminée.

Vu ce qu'il s'était passé la veille au soir, Wa'ai n'avait guère l'envie d'être confinée avec les Roncerouges sans échappatoire pour plusieurs mois... voire années.

Le souffle humide et moite d'un faible alizé tropical la ramena à la réalité. Sala et Jil ouvraient la marche et les quatre trolls disparurent dans les méandres de la jungle. Ils mirent autant de distance qu'ils purent entre eux et le village, car la Horde ne tarderait pas à atteindre sa cible. Ils n'entendirent qu'à peine les tambours de guerre tant la végétation dense en étouffa les bruits mais plus tard dans la nuit, sur une faible colline de la jungle, ils aperçurent les lumières de flammes dévorantes à l'endroit qu'ils avaient quitté.

Les Roncerouges avaient tout abandonné et détruit derrière eux. La terre de leurs ancêtres, le temple de leur loa... leur passé. Wa'ai avait entendu au sein de la tribu que les Roncerouges devaient fuir l'ennemi, la Horde. Mais après avoir vécu quelques temps à leurs côtés, la vieille trollesse savait que ces trolls constituaient leur propre ennemi. Leur sol était presque autant imbibé du sang des leurs que de celui d'intrus. Wa'ai avait assisté à la façon dont l'ancien chef, Mena'jin avait été empalé d'une vingtaine de lances traitresses. Et la Wakanda, celle qui devait co-diriger la tribu, avait été tuée pour trahison après avoir apparemment brûlé des pirogues devant servir au départ prochain. Mais pourquoi aurait-elle fait ça, elle qui avait reçu la vision de cette terre promise et était la première à vouloir ce départ ? Il était facile pour des féticheurs ou chasseurs des ombres de manipuler les pensées, d'embrouiller les esprits, alors qui dit qu'elle n'en avait pas été victime pour être écartée du commandement ? Et Azsaji qui avait entendu en discutant dans le village que Zul'rakaji manigançait des plans pour renverser le Zaka'jin et prendre sa place avec sa sœur Meimei. Et Kalkuru ? Le guide spirituel dévoué de Sseti qu'elle avait contacté et qu'elle devait rencontrer à son arrivée. Il avait disparu mystérieusement lui aussi.  

Voilà le véritable ennemi de la tribu roncerouge : elle-même, ses disputes incessantes, ses meurtres et évictions internes, ses complots dignes de nobliaux peaux-roses.  

Pour Wa'ai dont la tribu avait vécu en paix, se consacrant plutôt à la dévotion entière et absolue envers les loas et notamment le loa oublié, plutôt qu'aux chamailleries, toute cette "politique" - car il s'agissait bien de ça - la dépassait complètement et n'était plus de son âge. Elle préférait consacrer ses journées à la prière et aux offrandes et aux danses pour les divinités, qu'à démêler le vrai du faux de conflits entre mortels, probablement insignifiants aux regards des loas.

La réaction d'Azsaji l'avait néanmoins touchée. La jeune trollesse ne voulait pas abandonner ceux des Roncerouges qui suivraient leur tribu à contre-coeur vers un destin incertain. C'était la raison pour laquelle les quatre fuyards s'arrêtèrent de marcher après s'être suffisamment écartés du village, sans en être trop éloignés et campèrent sur place ce soir là et les deux soirs qui suivirent. Jil et Sala écumèrent la jungle autour de leur position, guettant la présence d'autres trolls qui auraient pris la même décision qu'eux et ne seraient pas partis sur les grand'z'eaux.

Nous n'devons pas interférer dans l'destin des tribus, Azsaji. Tout comme t'as toi-même pris la décision d'quitter ton maît', et trouver l'courage et la force de sortir d'ta condition d'esclave, les Roncerouges qui doutent ils doivent faire preuve d'la même volonté pour se libérer d'leurs chaînes et choisir leur prop' voie par eux-mêmes. Les trolls ils peuvent pas espérer tout l'temps qu'les loas ils sont là pour les assister, ils doivent prouver aux loas qu'ils sont capab' d'réfléchir, choisir et agir. Quand quek'un ou quek'chose nous tyrannise ou nous asservit, que ce soit un chef, un parle-loa ou un Hakkar, on doit êt' capab' d'voir par nous-mêmes qu'c'est pas l'bon chemin à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.wowjdr.com
 
En terres inconnues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PEUT ON FAIRE DES TERRES PLEINS OU MODIFIER LES BORDS DE MER?
» draft M11 - roanne mercredi 4 aout // draft terres natales date à determiner
» Voyage en terres nouvelles.
» L'Effroyable Guerre pour les Terres du Nord
» Les terres du sud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Histoires autour du feu-
Sauter vers: