Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bonne lecture trolle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wa'ai
Admin
avatar

Localisation : Hutte des Tarides
Rôle : Grande prêtresse du makoa loa

MessageSujet: Bonne lecture trolle   Lun 27 Juil 2015 - 20:27



Textes issus des livres présents en jeu pour le haut-fait [Bonne lecture].

ATTENTION : ces livres sont devenus obsolètes avec la parution du livre officiel World of Warcraft : Chroniques, volume 1. Bien que le fond reste globalement le même, de nombreux détails concernant le déroulement de l'Histoire sont modifiés et il y a plusieurs ajouts de précisions jusqu'alors inconnues.

Ces textes sont laissés ici en tant qu'archives, mais il est maintenant préférable de se référer à ce qui est établi dans World of Warcraft : Chroniques.

Citation :
Les empires jumeaux

Il y a 16000 ans environ (bien avant que les elfes de la nuit n’attirent stupidement la colère de la Légion ardente), les trolls régnaient sur la plus grande partie de Kalimdor (qui était alors un continent unique). Il y avait deux empires trolls : les Gurubashi dans les jungles du sud-est, et les Amani dans les terres médianes.

De plus petites tribus vivaient loin au nord (dans la région connue sous le nom de Norfendre). Ces tribus ont fondé une petite nation connue sous le nom de Gundrak, mais n’ont jamais connu la prospérité des empires du sud.

Les empires Gurubashi et Amani ne s’aimaient guère, mais se sont rarement fait la guerre. À l’époque, leur plus grand ennemi commun était un troisième empire, la civilisation d’Azj’Aqir. Les Aqir étaient des insectoïdes intelligents qui régnaient sur les terres de l’ouest lointain. Ces insectoïdes intelligents étaient expansionnistes et maléfiques. Ils étaient obsédés par la destruction des formes de vie non-insectoïdes dans Kalimdor.

Les trolls les combattirent pendant des millénaires mais ne parvinrent jamais à obtenir une victoire décisive sur les Aqir. Finalement, en raison de la persévérance des trolls, le royaume des Aqir se divisa et ses membres fuirent dans des colonies séparées dans les régions les plus au nord et au sud du continent.

Deux cités-états Aqir émergèrent : Azjol-Nerub dans les terres du Nord et Ahn’Qiraj dans le désert du Sud. Les trolls suspectaient l’existence d’autres colonies d’Aqir sous Kalimdor, mais leur existence ne fut jamais vérifiée.

Une fois les insectoïdes contraints à l’exil, les deux empires des trolls reprirent le cours normal de leur existence. En dépit de leur grande victoire, aucune des deux civilisations ne s’étendit au-delà de ses frontières d’origine. Mais d’anciens textes évoquent une petite faction de trolls qui quittèrent l’empire Amani pour fonder une colonie au cœur du continent noir.

Là, ces braves pionniers découvrirent le Puits d’éternité cosmique qui les transforma en créatures dotées d’immenses pouvoirs. Certaines légendes suggèrent que ces trolls aventureux furent les premiers elfes de la nuit, mais cette théorie n’a jamais été prouvée.


Citation :
La chute de l'empire

Bien que leurs origines restent obscures, il est clair que les elfes de la nuit apparurent peu après la découverte du Puits d’éternité. En dépit des tentatives des trolls pour les empêcher d’étendre leurs territoires, les elfes de la nuit bâtirent un puissant empire qui s’étendit rapidement en Kalimdor. Maîtrisant des magies puissantes dont les trolls superstitieux n’avaient jamais rêvé jusque-là, les elfes de la nuit n’eurent pas de mal à accomplir ce que les Aqir n’avaient pu faire : renverser les deux plus puissants empires du monde.

Les elfes de la nuit brisèrent systématiquement les défenses et les chaînes de ravitaillement des trolls. Ces derniers, incapables de contrer la magie destructrice des elfes, finirent par s’effondrer. Les elfes de la nuit se montrèrent aussi rusés et assoiffés de sang que les trolls, s’attirant le mépris et la haine éternels de ceux-ci. Les empires Gurubashi et Amani se disloquèrent en quelques années.

Finalement, les elfes de la nuit furent brûlés par les feux d’arcanes qu’ils cherchaient à contrôler. Leur utilisation sans mesure de la magie attira dans le monde la Légion ardente. Les démons écrasèrent la plus grosse partie de la civilisation des elfes. Bien qu’aucun document n’indique que la Légion ait attaqué les civilisations des trolls, il est vraisemblable que les combats aient ravagé tout le continent.

À la fin de ce terrible conflit, connu sous le nom de Guerre des Anciens, le Puits d’éternité explosa. L’onde de choc ébranla la terre de Kalimdor. Le centre du continent s’enfonça dans la mer, laissant de petits archipels de continents isolés.

Des restes non négligeables des empires Amani et Gurubashi existent toujours aujourd’hui dans les terres de Quel’Thalas et de Strangleronce. Les royaumes Azj’Aqir d’Azjol-Nerub et d’Ahn’Qiraj ont également survécu en Norfendre et à Tanaris.

Les deux civilisations des trolls ont reculé devant les grandes destructions qui ont marqué le monde où elles étaient nées. Les trolls ont rebâti leurs cités ravagées et se sont efforcés de retrouver une partie de leur ancienne puissance.


Citation :
La colère du fléau des âmes

Les siècles qui suivirent la Grande Fracture furent difficiles pour les trolls. La famine et la terreur étaient le pain quotidien des royaumes brisés. Les trolls Gurubashi, conduits au désespoir, cherchaient de l’aide auprès d’anciennes forces mystiques. Bien que les deux royaumes des trolls aient partagé une croyance commune dans le grand Panthéon des dieux primitifs, les Gurubashi tombèrent sous l’influence du plus sombre d’entre eux.

Hakkar, l’Ecorcheur des âmes, l’esprit sanguinaire, entendit l’appel des trolls et décida de les aider. Hakkar offrit ses sanglants secrets aux Gurubashi et les aida à développer leur influence sur presque toute la Vallée de Strangleronce et certaines îles des Mers du Sud. Tout en leur apportant une grande puissance, Hakkar exigeait une rétribution de plus en plus importante.

Le dieu assoiffé de sang exigeait que des âmes lui soient sacrifiées chaque jour. Il rêvait d’un accès au monde physique pour pouvoir s’y abreuver au sang des créatures mortelles. Les Gurubashi finirent par réaliser avec quelle créature ils s’étaient acoquinés et se retournèrent contre lui. Les tribus les plus puissantes se dressèrent contre Hakkar et ses prêtres fidèles, les Atal’ai.

La terrible guerre qui suivit entre les disciples d’Hakkar et les autres tribus Gurubashi n’est jamais évoquée qu’à voix basse. L’empire naissant fut ravagé par la magie du dieu furieux et de ses enfants rebelles. Alors que l’issue du combat semblait sans espoir, les trolls parvinrent à détruire l’avatar d’Hakkar et à le bannir du monde.

Même ses prêtres atal’ai furent finalement repoussés de la capitale de Zul’Gurub et contraints de survivre dans les marais inexplorés du Nord. Ils y bâtirent un grand temple à leur dieu déchu, Atal’Hakkar, pour y poursuivre les desseins de leur maître...

Les dernières tribus Gurubashi se séparèrent après la grande guerre civile qui avait transformé leurs terres en ruine. Les Casse-crânes, les Scalps-rouges et les Sombrelances allèrent se tailler leurs propres territoires dans les vastes jungles de Strangleronce. Une paix fragile s’était installée sur l’empire brisé. Certains évoquaient une prophétie selon laquelle Hakkar renaîtrait en ce monde un jour et le consumerait intégralement.


Citation :
La fondation de Quel'Thalas

[...]

Tandis que les hauts-elfes traversaient les terres montagneuses de Lordaeron, leur voyage devint de plus en plus périlleux. Coupés des énergies vitales du Puits d’éternité, beaucoup succombèrent au climat glacial ou moururent de faim. Le changement le plus radical fut qu’ils n’étaient plus immortels ni protégés contre les éléments.

Leur taille diminua et leur peau perdit sa teinte violette caractéristique. Ils rencontrèrent de nombreuses créatures étranges qui n’avaient jamais été vues dans Kalimdor. Ils trouvèrent également des tribus humaines primitives qui chassaient dans les anciennes forêts. Mais la plus grande menace à laquelle ils furent confrontés fut les trolls des forêts de Zul’Aman.

Ces trolls à peau de mousse pouvaient régénérer des membres perdus et soigner de graves blessures physiques. Ils constituaient une race barbare et maléfique. L’empire Amani s’étendait sur le nord de Lordaeron, et les trolls combattirent sauvagement pour repousser les étrangers. Les elfes développèrent une haine farouche contre les méprisables trolls et les tuèrent à vue à chaque fois que ce fut possible.

Après de longues années, les hauts-elfes trouvèrent finalement une terre qui leur rappelait Kalimdor. Au fond des forêts septentrionales du continent, ils fondèrent le royaume de Quel’Thalas et jurèrent de créer un puissant empire qui ridiculiserait celui de leurs cousins kaldorei. Malheureusement, ils apprirent rapidement que Quel’Thalas était fondée sur une ancienne cité des trolls que ces derniers considéraient comme sacrée. Immédiatement, les trolls attaquèrent les campements des elfes.

Têtus, les elfes, qui ne voulaient pas abandonner leur nouvelle terre, utilisèrent la magie qu’ils avaient soutirée au Puits d’éternité pour tenir à distance les trolls. Sous le commandement de Dath’Remar, ils parvinrent à vaincre les forces des Amani à un contre dix. Certains elfes, attentifs aux vieux avertissements des Kaldorei, sentirent qu’une telle utilisation de la magie pouvait éveiller l’attention de la Légion ardente.

Ils décidèrent donc de masquer leurs terres d’une barrière de protection qui leur permettrait, à couvert, de pratiquer leurs enchantements. Ils bâtirent une série de Monolithes en pierres runiques à différents endroits, autour de Quel’Thalas, marquant ainsi les frontières de la barrière magique. Non seulement les Pierres runiques cachaient la magie des elfes aux menaces extra-dimensionnelles, mais elles contribuèrent à effrayer les trolls superstitieux.

Au fur et à mesure que le temps passait, Quel’Thalas devint un somptueux monument à la gloire des hauts-elfes et de leur habileté magique. Ses splendides palais étaient bâtis dans le même style architectural que les anciens halls de Kalimdor, mais en intégrant la topographie naturelle de la région. Quel’Thalas était devenu le joyau que les elfes avaient longtemps voulu créer.

[...]

Pendant presque quatre mille ans, les hauts-elfes vécurent dans les frontières paisibles de leur royaume. Mais les trolls vindicatifs n’étaient pas si faciles à battre. Ils conspirèrent dans les profondeurs des forêts, attendant l’heure où leurs troupes seraient assez nombreuses. Enfin, une puissante armée de trolls sortit des ombres de la forêt et fit le siège de Quel’Thalas.


Citation :
Arathor et les Guerres trolles

Tandis que les hauts-elfes se battaient pour leur survie contre le furieux assaut des trolls, les humains éparpillés de Lordaeron luttaient pour consolider la position de leurs propres tribus. Ces dernières s’attaquaient sauvagement, sans projet d’unification ni souci d’honneur.

Pourtant, une tribu, les Arathi, comprit que la menace des trolls devenait trop grave pour être ignorée. Les Arathi espéraient soumettre toutes les tribus pour pouvoir présenter un front uni contre les guerriers trolls.

Pendant six ans, les Arathi remportèrent sur les autres tribus victoire sur victoire, offrant à chaque fois la paix et l’égalité au peuple conquis. Ils gagnèrent ainsi la loyauté de ceux qu’ils avaient vaincus. Au bout du compte, la tribu Arathi parvint à inclure un grand nombre de peuples disparates, et les rangs de son armée prirent une considérable ampleur.

Pensant pouvoir repousser les trolls ou même les solitaires elfes en cas de besoin, les seigneurs de guerre Arathi décidèrent de construire une puissante ville fortifiée dans le sud de Lordaeron. La cité-état prit le nom de Strom et devint la capitale de la nation Arathi, Arathor. Tandis qu’Arathor prospérait, les humains de tout le continent émigrèrent vers le sud pour bénéficier de la protection et de la sécurité de Strom.

Unies sous une bannière unique, les tribus humaines développèrent une culture solide et tournée vers l’avenir. Thoradin, le roi d’Arathor, savait que les mystérieux elfes des terres du Nord étaient constamment assiégés par les trolls, mais ne voulut pas risquer la sécurité de son peuple en se lançant à l’aide de ces étrangers mystérieux. Pendant des mois, des rumeurs sur la défaite des elfes parvinrent du Nord. C’est seulement lorsque des ambassadeurs épuisés mandés par Quel’Thalas atteignirent Strom que Thoradin réalisa la puissance que représentaient les trolls.

Les elfes informèrent Thoradin que les armées des trolls étaient immenses et qu’une fois Quel’Thalas détruite, elles se tourneraient contre les régions du Sud. Les elfes, désespérés, ardemment désireux de trouver une aide militaire, acceptèrent sans rechigner d’enseigner à quelques humains les secrets de la magie en échange d’un soutien contre les trolls.

Thoradin, qui n’avait pas confiance dans la magie, accepta par nécessité d’aider les elfes en difficulté. Presque immédiatement, des sorciers elfes arrivèrent à Arathor et commencèrent à instruire un groupe d’humains.

Les elfes virent que, malgré la maladresse des humains dans la manipulation de la magie, ils possédaient pour elle une affinité naturelle. Une centaine d’humains apprit les bases de la magie elfique : pas plus qu’il n’était strictement nécessaire pour combattre les trolls. Convaincus que leurs disciples humains étaient prêts à les aider dans leur lutte, les elfes quittèrent Strom et partirent vers le nord avec les puissantes armées du roi Thoradin.

Les armées unies des elfes et des humains se heurtèrent aux innombrables trolls au pied des Montagnes d’Alterac. La bataille dura plusieurs jours, mais les armées inépuisables d’Arathor ne cédèrent jamais un pouce de terrain devant les assauts des trolls. Les seigneurs elfes pensèrent venu le temps d’utiliser leur magie contre l’ennemi.

Les cent magi humains et les innombrables sorciers des elfes appelèrent la fureur et le feu du ciel sur les armées des trolls. Les flammes élémentaires empêchèrent les trolls de régénérer leurs blessures et les consumèrent de l’intérieur.

Les trolls se débandèrent et s’enfuirent. Les armées de Thoradin les poursuivirent et éliminèrent tous les soldats. Les trolls n’allaient jamais se remettre de cette défaite, et le monde ne vit plus jamais les trolls s’unir en une grande nation. Sachant que Quel’Thalas était sauvée de la destruction, les elfes firent acte d’allégeance et d’amitié à la nation d’Arathor et à la lignée du roi Thoradin. Les humains et les elfes allaient vivre en paix pendant les années à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires-trolles.wowjdr.com
 
Bonne lecture trolle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne lecture ^^
» Une bonne lecture
» Le rp coté horde
» [Bibliothèque de Nèph'anis]
» Bonne Fête François Dagesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Se renseigner :: Mur de la connaissance-
Sauter vers: