Héritiers du makoa loa

Guilde jeu de rôle trolle - World of Warcraft - Serveur EU-Kirin Tor
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire de Salajin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Histoire de Salajin   Mer 17 Fév 2016 - 0:50

Crépuscule sur la jungle


Zul'Gurub, an 6.


Sala rouvre lentement les yeux. Il est prêt. Le prêtre face à lui l'observe, il vient de terminer de lui apposer les peintures mystiques qui serviront à révéler sa force et à attirer l'attention du loa, pour le meilleur si ce dernier le juge digne, ou pour le pire si le jeune troll le déçoit. L'adolescent en simple pagne se trouve dans une rangée de novices présentant tous un corps dessiné par une musculature développée et un regard stoïque qui semblent les vieillir de quelques années de plus que leur âge réel. Les prêtres Zath et Lor'khan terminent les préparatifs puis se postent près de l'escalier escarpé qui donne accès au sommet du grand temple réservé aux acolytes de Shirvallah. L'un d'eux clame :

- L'grand prêtre Thekal !

Aussitôt l'annonce est répercutée par les tambours qui s'animent pour marquer le rythme, rapidement suivis d'autres percussions et instruments. Dans un large enclos qui leur est réservé, deux tigres se sont redressés, que se soit dû au soudain brouhaha ambiant qui les dérange ou simplement l'arrivée de l'élu de Shirvallah, ils sont debout, regardant le haut du temple. Le grand prêtre s'avance, sortant de l'ombre fraiche des pierres pour apparaître sous les faisceaux de soleil perçant à travers les frondaisons des arbres. A l'image du loa primordial, il irradie d'une aura de confiance, de force et d'assurance. L'imposante chevelure couleur rouille du troll semble concurrencer le pelage des tigre plus bas, et son visage est strié de traces noires rappelant leurs rayures.


Des chants s'élèvent du côté des prêtres et initiés dévoués, tandis que la file d'adolescents s'agenouille avec respect d'un même élan, baissant la tête. Dans son torse, Sala sent son cœur répondre en écho à la mélodie des tambours. Ils sont tous là avec un même objectif : devenir un serviteur du temple, un fier protecteur dédiant son existence et son âme au loa tigre et à la défense de ses prêtres. Mais tous n'auront pas cet honneur.

Moi aussi j'serais avec eux. Sala, il le promet !



~~~~~

Des années plus tard, an 24.


Les deux lances transpercent le corps de la cible. L'humanoïde à peau rose s'effondre au côté des siens. Celui qui est maintenant Salajin mène le groupe de guerriers de Shirvallah placé sous son autorité, dans les méandres de la jungle, en quête de proies. Bien longtemps auparavant les peaux roses étaient apparus dans les terres au nord et avaient fondé un royaume, mais jamais ils n'avaient eu l'audace de se confronter aux dangers de Strangleronce, là où traverser un guet pouvait se finir dans la gueule d'un crocilisque, où les piqûres des insectes pouvaient vous donner la fièvre à vous rendre fou, où chaque avancée à travers la végétation luxuriante dense vous égarait un peu plus dans l'immensité verte, et où les trolls, maîtres des lieux, profitaient de leur maîtrise du terrain pour surgir de n'importe où.

Mais cela fait des semaines, des mois, que les incursions des intrus humains et demi-humains étaient de plus en plus régulières. Ils profanaient certains lieux sacrés : des sites dédiés à la communion avec les loas, des lieux détenant des pouvoirs puissants dans lesquels seuls les féticheurs et les prêtres pouvaient pénétrer. Les défenseurs de Shirvallah escortaient les prêtres dans ces retraites à présent avec plus de vigilance que jamais.

Salajin évaluait la situation avec son groupe de guerriers au fur et à mesure. Ils avaient beau chasser les étrangers, ils revenaient sans cesse, et leurs campements se renforçaient progressivement en petits bastions. Le troll contempla ses protecteurs de Shirvallah achever sans hésitation chaque cible qui avait encore la force de gémir ou ramper.

- Salajin il s'demande pourquoi les peaux roses ils veulent tellement venir dans la jungle maint'nant alors qu'avant ils osaient pas y mettre un pied.
- Akezal il pense que ceux-là ils viennent parce qu'il voient plus la jungle des Gurubashi comme dangereuse ! Avant ils avaient peur ! Maint'nant ils s'permettent d'v'nir plus loin que jamais ils avaient été.
- D'façon y z'ont aucune chance ici. Si c'est pas la jungle qui les assoiffe et les affame, et si c'est pas nous qui les abattons, les loas détraqueront leurs esprits pour leur faire comprendre le respect. Salajin il vous l'dit l'grand prêtre Thekal il va être content d'nous. On prend d'quoi faire des offrandes à Shirvallah et on rentre.


Chaque troll hoche la tête à ces paroles rassurantes. Salajin affiche une attitude confiante, mais il n'a aucune réponse satisfaisante à ces incertitudes. Ce qui était l'empire glorieux des Gurubashi dans des temps antiques, ressemble maintenant à un morceau de peau de raptor rongée et trouée par les querelles entre petites tribus rivales. Non, les fiers Gurubashi ne peuvent se résoudre à décliner comme ça… Les loas les aideront ! Il le faut.

La nuit tombe, le crépuscule accompagne leur retour à Zul'Gurub qui est plus silencieux. Ici c'est chez eux, rien ne pourra les déloger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salajin

avatar

Rôle : Guerrier

MessageSujet: Le sang versé   Ven 8 Avr 2016 - 15:03

Le sang versé


En 33, lors de l'assaut de l'Île du Tonnerre, Pandarie.


Le tonnerre gronde depuis tellement longtemps sur cette île qu'il n'y prête plus vraiment attention, il a appris à faire avec. Ces dernières semaines, il a pu voir les fameux Mogu à l’œuvre. Le tonnerre est une force primaire, brutale, dangereuse, maîtrisée par quelqu'un d'encore plus dangereux et puissant ! Chaque éclair est comme un poing abattu sur leurs ennemis, et la colère, une force qui va bientôt se déverser sur l’armée en face.

Salajin se tient prêt avec les autres Gurubashi, le long des murailles de pierre protégeant l’antique capitale d’un glorieux empire, partiellement reconstruites, dans la hâte le plus souvent. Le frisson de la bataille est déjà là, une pulsation qu'il a appris à contrôler pour en tirer une force et une brutalité sans pareilles.

- La plage elle va être sanglante ! N’reste pas près de mes lames !
- Ne m’vole pas mes cibles alors !  

À côté de lui, il devine le rictus vicieux de Jil, à peine dévoilé par le masque peint d’une tête de mort ornant son visage. La Trollesse à la tignasse rouge est déjà en posture de combat, haches levées, prêtes à trancher chair et os. Ses yeux sont rivés droit devant, sur les navires de guerre et les silhouettes qui se dessinent derrière les trombes d’eau qui balaient constamment les lieux. Aucune peur, juste l'envie du combat qui l’habite elle aussi.
En bas de la muraille, sur la plage, les forces disparates de l'Alliance, de la Horde, ainsi que des Pandashans se préparent. Un cor résonne sur le rivage, leurs ennemis se mettent en route pour donner l’assaut sur la cité interdite.

Un éclair traverse le ciel, pulvérisant un des arbres proches, l’embrasant comme un brin de paille. Prenant cela comme un signe, les Trolls de toutes les tribus assemblées se redressent et poussent des cris de guerre surpassant le bruit continu de l’orage et de la pluie. Salajin et Jil et se joignent au chœur des Trolls. Un cri qui se veut comme un appel aux loas, une prière à leur attention et l’ultime avertissement adressé aux ennemis.

Nous arrivons !

~~~~~

Le sang coule, imbibe le sable et se mélange quelle que soit son origine.

Submergé par les attaques des envahisseurs bien trop nombreux et les explosifs pulvérisant la muraille extérieure, ils durent reculer dans l’enceinte du palais. Loin d’être abattus, ils y voient l'occasion de broyer l’armée ennemie dans un étau. Les Trolls ont reçu pour mission de défendre le palais en première ligne, et certains d’entre eux ont reçu en cadeau le pouvoir d’accomplir cette tâche, par la puissance électrisante de Lei Shen en personne. Salajin et Jil en ont été témoins et patientent dans les boyaux d’une immense arène. Dans cette arène où est entraîné Horridon, le plus grand navrecorne jamais dompté, les diverses tribus se sont regroupées, prêtes à refermer le piège sur les arrivants. Cette arène, c’est comme l’arène des Gurubashi de Strangleronce : aucun moyen de s’enfuir, les grilles se referment sur les envahisseurs, c’est un combat à mort !


Nous nous trompions. Ce n’est pas eux qui sont enfermés avec nous, c’est nous qui sommes enfermés avec eux.

~~~~~

Les bruits du combat plus loin ne l'affecte pas. Il regarde la Trollesse  dont les cheveux écarlates baignent dans le sang, à terre, le corps transpercé à de multiples endroits. Salajin aussi est blessé, mais ce n'est rien comparé aux nombreux cadavres déchiquetés qui l'entourent. Les forces de l'Alliance et de la Horde sont encore occupées avec Horridon, mais malgré son cuir épais et la force colossale de ses charges, l'animal commence à faiblir, respirant plus difficilement tandis que les attaques ennemies parviennent à transpercer son corps.

Au milieu des cadavres, vient d'apparaître le spectre de Gara’Jal, le lieur-d’esprit zandalari, celui qui les a guidé en Pandarie. Sa voix semble résonner dans toute l'enceinte extérieure.

- Vous pensiez m’abattwe ? Vous pensiez en avoiw fini avec nous ? Non. Noooon ! Vous avez tout faux ! Les twolls ils sont puissant et la mowt n’est pas une limite pouw nous ! Les espwits vont me serviw à vous détwuiw !

Une magie sombre se répand dans l’arène, les esprits des premiers Trolls morts apparaissant aux yeux de tous.
Salajin regarde le spectacle avec horreur.

Non, les esprits des morts, ils ne doivent pas être ramenés et manipulés comme ça, ils doivent aller avec les loas et les ancêtres !

Il ne laissera pas Gara’jal utiliser l’esprit de Jil ainsi. Elle est tombée au combat comme une brave, les armes à la main et tachées de sang ! Prenant Jil dans ses bras, enjambant les corps de ses frères abattus, il se précipite dans les tunnels sombres sans se retourner.

Salajin dépose Jil sur le sol, dans ce qui fut la retraite des Gurubashi. Ils ne sont plus que tous les deux. Il sait maintenant que les armées ennemies ont réussi à franchir les portes intérieures du palais, sûrement là où sont retranchés les Mogu et Lei Shen.
Jil est inerte, il lui retire son masque et l’observe. Les blessures semblent graves, mais elle peut se remettre de ça, n’est-ce pas ? Aucun féticheur pour l'aider, alors il reste près d'elle, patientant, attendant que son corps se rétablisse de lui-même.
Il perd la notion du temps. L’orage ne cesse jamais d’obscurcir le ciel, fait-il nuit, fait-il jour ? Seules la faim et la fatigue grandissantes le maintiennent dans la réalité.

~~~~~

Il rouvre les yeux dans un soubresaut. Il a dû s’assoupir un instant. A côté de lui Jil tente de bouger, elle lui parle de choses sans cohérence, elle délire et ses plaies, toujours aussi béantes, déversent d’autant plus de sang à chaque effort qu’elle fait. Il la garde contre lui, mais la vie la quitte. Il reste néanmoins près d’elle, lui parlant en zandali de leur jungle et de tout ce qu’ils y feront quand ils seront de retour, tandis que Jil lui sourit une dernière fois.

Le sang poisseux teinte ses mains et son armure et, dans la colère sourde qui l’envahit, sa vue aussi semble se voiler de rouge. Tout ça à cause des Zandalari qui avaient promis un nouvel empire mais les ont toujours regardé de haut, d’un air supérieur comme s’ils étaient des tribus subalternes ! Tout ça à cause des Mogu, ces êtres à peine vivants, faits de plus de pierre que de chair, qui se sont servis d’eux comme des esclaves et les ont envoyé avec mépris en première ligne pour se faire massacrer ! Tout ça à cause aussi de la Horde et de l'Alliance, tous les mêmes, qui ont saccagé leurs territoires, qui se sont installés partout comme des parasites et les ont poussé à l’exil ! Tout ça à cause des loas qui les ont abandonnés ! Pourquoi ne sont-ils pas là ? Ils l’ont trahi aussi, ils les ont abandonnés. La guérison qui fait la force de leur peuple, n’est plus aussi intense et Jil meurt à cause de ça, à cause d’eux !

- Les loas, ils sont en colère... P'être que nous avons aussi fait… de mauvais choix ?

Les paroles du vieux féticheur, rencontré dans leur fuite en Strangleronce lui reviennent en tête. Les Zandalaris ont-ils vraiment voulu unifier les tribus trolles pour leur rendre leur suprématie ? Si oui, pourquoi défier les loas ainsi en souillant et asservissant les esprits des guerrier tombés ? Et Zul, qui n’a jamais été vu sur ce continent, où est-il celui qui leur avait prédit une nouvelle gloire et les a conduit ici ? Est-ce que tout ceci est une punition pour avoir abandonné leurs terres ancestrales et suivi le mauvais chemin ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire de Salajin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héritiers du makoa loa :: Vies de trolls :: Mémoires personnelles-
Sauter vers: